lundi 4 août 2014

Comment gérer un refus quand on est freelance ?

[Cet article est la traduction française de l'article "How to Deal with Rejection as a Freelancer"]
Aussi passionnant que cela peut sembler, être freelance (dans n'importe quel domaine), n'est pas toujours la carrière idyllique que les gens pensent - cela peut être stressant et imprévisible, mais aussi apporter beaucoup de satisfaction. Nous allons parler plus en détail de ce dernier aspect aujourd'hui.

Quiconque vous a promis un futur glamour, sans responsabilités et plein d'opportunités, était sûr de se tromper. Bien sûr, il y a des tonnes d'opportunités, mais il faut apprendre à les saisir. Comment sélectionner quelques freelances pour les meilleurs jobs alors que les autres luttent pour démarrer leur carrière ? Quelle elle est la recette du brillant freelance ? Certains pourraient dire que les freelances aiment prendre des risques, tandis que d'autres pensent que c'est leur sens de la débrouille et de la communication qui les sortent du lot.

En réalité, l'un des traits qui les différencie est leur capacité à gérer le refus de manière constructive. Si vous êtes sur une plate-forme de freelance (pour les traducteurs, la plus connue est sûrement ProZ), vous devez déjà avoir eu un certain nombre de déceptions. Il est sûr que, si vous avez votre propre site internet, même si c'est préférable, cela ne garantit pas que vous échappiez à un refus. Dans le monde virtuel, la plupart des gens préfèrent dire "non" ou pire "peut-être", en particulier dans les affaires. Alors comment éviter ce sentiment brûlant d'humiliation et d'injustice ? Voici cinq stratégies pour vous aider à gérer un refus.

1. Ne jamais le prendre personnellement

Un refus est peut-être l'un des sentiments les plus difficile à gérer, mais aussi l'un des plus courant. Les relations avec la famille, les amis, les clients et les partenaires sont des rencontres quotidiennes avec le refus. 
Le fait qu'une personne refuse votre travail ne signifie pas nécessairement qu'il est mauvais. En réalité, il peut n'y avoir absolument aucun rapport avec le mérite ou la connaissance. Les gens sont très différents et ils attendent des choses différentes. Peut-être que leurs idées ne correspondent pas aux vôtres. Ou qui sait, le nouveau client est dans une mauvaise journée. Ou leur budget est trop bas. Il existe des centaines de raisons pour justifier un refus et la plupart ne veulent pas dire que vos idées sont mauvaises ou que vous êtes incompétent. C'est pourquoi il ne faut jamais le prendre personnellement. Même si vous êtes confrontés à cette situation, essayez d'en retirer quelque chose. Ne laissez pas un refus ternir votre carrière de freelance !

2. Ne jamais arrêter de chercher

La principale différence entre un bon et un excellent freelance est la capacité à gérer un refus. Alors que les premiers ont tendance à abandonner leurs recherches après avoir été refusés plusieurs fois, les autres persévèrent. Par tous les moyens, faites une petite pause et pensez à vos actions. Il est important de comprendre pourquoi vous n'avez pas été pris, mais ne vous arrêtez pas juste parce que quelques clients vous ont fermé la porte. Pourquoi vos propositions sont refusées ? Est-ce qu'un taux de refus de 50 % est un taux élevé ? Peut-être, mais c'est aussi un taux de réussite de 50 % si vous regardez du bon côté.

3. Être digne et aimable

Avez-vous déjà pensé à ce qu'un refus signifie pour la personne devant prendre la décision ? Vous pouvez être sûr que ce n'est pas une expérience agréable pour le client / recruteur. Il est très difficile de sélectionner un candidat, surtout quand ils sont tous bons. Ne compliquez pas les choses en agissant de façon stupide. Soyez polis, éventuellement ajoutez les sur LinkedIn ou tout autre réseau social et, si possible, restez en contact. Vous ne savez jamais si leurs besoins peuvent changer dans le futur.

4. Cultivez les relations avec vos clients

Vous avez seulement besoin que le client vous accepte. Tout le monde connait l'effet qu'un "oui" peut avoir sur tous les autres refus. Le meilleur conseil, même si c'est très cliché, est de tenir les promesses et livrer en avance. Communiquez de façon efficace, toujours respecter les délais de livraison et en faire un peu plus (j'aime les clichés aujourd'hui). Les clients apprécient quand un freelance témoigne un véritable intérêt pour leurs projets et de cette façon, vous investissez dans une relation à long-terme.

5. Comprenez que même les meilleurs freelances ne sont pas toujours acceptés

Un refus peut être difficile, mais il ne doit pas vous empêcher de poursuivre votre carrière. Peu importe l'endroit où vous travaillez, vous êtes confrontés au risque. Même les meilleurs entrepreneurs, auteurs, concepteurs de site internet et freelance de tous les temps ont vu leurs idées refusées à certains moments. Mais ils n'en sont pas restés là ! Le refus fait partie de la vie, non de l'échec, et le succès arrive quand on s'y attend le moins. En gardant cela à l'esprit, vous pouvez vous concentrer sur votre travail et postuler pour du travail jusqu'à obtenir ce que vous voulez.

A vous maintenant. Avez-vous déjà fait l'objet d'un refus ? Comment l'avez-vous géré ? Quels sont vos conseils.

Romain

5 commentaires:

  1. Très bon article. J’aime les points 4 et 5.

    J’ajouterais que si on veut réussir, il est certain qu’il faut persévérer malgré les déceptions. Si on baisse les bras dès le premier refus, on n’arrivera jamais à rien. Cela me fait penser au cas de J. K. Rowling qui a essuyé plusieurs refus de la part de plusieurs maisons d’édition lorsqu’elle leur a présenté son premier « Harry Potter », car ces dernières pensaient que ce livre n’intéresserait personne. Elles doivent bien s’en mordre les doigts maintenant alors que la maison d’édition qui a vu là un potentiel certain doit remercier sa bonne étoile !

    Tout ça pour dire que ce n’est pas parce qu’un client potentiel vous rejette que vous êtes mauvais. Loin de là ! Ayez confiance en vos propres capacités et cherchez toujours des moyens d’augmenter vos connaissances, de vous perfectionner, d’être à la page.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Romain et merci pour cet article! Il sera très utile pour tous les freelances qui un jour feront face à un refus!

    L'exemple de J.K. Rowling cité dans le commentaire précédent est excellent! On pourrait aussi comparer un freelance à un sportif de haut niveau. Sa carrière est faite de haut et de bas et il continue de travailler sans relâche, tous les jours, pour atteindre ses objectifs!

    A très bientôt :)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos commentaires très intéressants !

    Ajoutons également que parfois, une annonce peu semblait anodine, un petit contrat sans gros enjeux. Il ne faut néanmoins pas le négliger, car cela peut devenir un client régulier avec des contrats très intéressants par la suite.

    RépondreSupprimer
  4. Contrairement à bien des travailleurs autonomes, j'ai commencé très fort dans mon métier, et ce succès a duré quinze ans. J'avais seulement une adresse électronique et les trois mêmes clients. Un jour, tout a basculé. La raison principale : réduction des budgets de traduction. Aujourd'hui je découvre certains sites Web, des réseaux d'affaires, j'ai refait mon CV, et j'apprends à établir des contacts. J'ai accusé de nombreux refus en raison de la forte concurrence au niveau des tarifs au mot sur Internet. C'est difficile à accepter, mais il ne faut pas désespérer. Je tisse lentement ma toile. Je mets en pratique les points 1, 2 et 3.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon courage dans cette nouvelle aventure !

      Supprimer